Les Pollinisateurs

La pollinisation est le transport d’un grain de pollen d’une étamine (organe mâle) vers un pistil (organe femelle) d’une autre fleur de la même espèce. Elle est assurée par le vent ou les animaux, essentiellement les insectes.

Eucère noire (<em>Eucera nigrescens</em>) sur fleur de Fève (<em>Vicia faba</em>).
Eucère noire (Eucera nigrescens) sur fleur de Fève (Vicia faba).

Les pollinisateurs fournissent une fonction écologique essentielle : la pollinisation. Leur rôle est ainsi indispensable à la reproduction (fécondation croisée) de l’essentiel des plantes à fleurs et donc au bon fonctionnement des écosystèmes naturels. À l’échelle mondiale, près de 90 % des plantes sauvages à fleurs dépendent du transfert de pollen assuré par ces insectes.

Au-delà de cette fonction écologique cruciale pour le bon fonctionnement des milieux sauvages, les pollinisateurs jouent aussi un rôle indispensable dans la production alimentaire et donc la subsistance des populations humaines. À l’échelle de l’Europe, ce sont 84% des cultures qui dépendent de la pollinisation par les insectes !

Or le constat est clair : les populations de l’ensemble des pollinisateurs subissent un effondrement sans précédent.

10 % des espèces d'abeilles sont menacées en Europe.

(NB : à peine la moitié des espèces ont pu être évaluées, faute de données suffisantes... ce qui n'est pas réjouissant)

Et près de 30 % des espèces de bourdons…

Les menaces sont nombreuses et évidemment d’origine anthropique :

  • intoxication tous azimuts des milieux (pesticides et autres biocides de synthèse, industrie, transport, habitation...)
  • destruction et fragmentation des habitats,
  • uniformisation des paysages et des pratiques agricoles, sylvicoles et de jardins,
  • apports excessifs de fertilisants de synthèse (gavage)
  • fauche intensive, précoce et répétée ; gestion délétère des espaces de prairie
  • introduction d’espèces invasives ; introduction de parasites et pathogènes,
  • embrasement climatique et les changements globaux induits…

Face à cet effroyable constat l’association ARTHROPOLOGIA développe des compétences et construit des projets pour mieux connaître l’état des populations de pollinisateurs mais surtout pour les préserver : leur offrir des conditions décentes de (sur-)vie.