Arthropologia

Vous êtes ici
missions de l'association : Etude, information et protection de la Nature

Notre plus : les jardins de l’Ecocentre

1. Des jardins de démonstration à destination du grand public

Une part importante de ce projet est consacrée à la création de jardins pédagogiques et démonstratifs, essentiellement tournés vers le grand public et les scolaires.
Les jardins sont à penser comme un système en interaction constante avec l’environnement direct et permettent d’appréhender une démarche écologique globale et cohérente : une multitude de milieux pour pérenniser une biodiversité utile ; une valorisation des déchets du jardin pour mieux nourrir le sol et les plantes ; une gestion de l’eau cohérente, …

a. Le jardin des écoliers
Ce jardin se compose de petits carrés qui mettent en pratique, de façon active et participative, le plaisir de jardiner…
L’accueil sur le site permet une visite des jardins, un temps de jardinage ou des activités manuelles (création d’aménagements pour favoriser la biodiversité) sur un site réservé aux écoliers, avec un potager fait par et pour eux grâce à du matériel adapté à leur taille. Il s’agit de sensibiliser les enfants à la façon de cultiver les aliments, aborder les notions de saisonnalité, de produits locaux, d’aliments… Savoir qu’il n’existe pas qu’une sorte de tomate, qu’on ne mange pas de fraises en hiver et que le jardin est un véritable écosystème vivant qui s’équilibre naturellement. Des temps d’animations en salle sont également possibles, avec le matériel pédagogique et scientifique de l’association (insectes naturalisés, vivants, outils éducatifs, jeux, expositions, loupes binoculaires, films …).

b. Le potager familial
Dans ce potager familial, de nombreuses variétés de légumes seront mises en valeur, afin de promouvoir la biodiversité au jardin, et notamment domestique. Les différentes techniques de paillage ainsi les moyens de lutte biologique y seront enseignés sous forme d’ateliers ou de conférences.
Les plantes sauvages comestibles
De nombreuses plantes sauvages autrefois usuellement cultivées et utilisées sont
aujourd’hui tombées dans l’oubli, elles auront elles aussi toute leur place dans ce potager hors du commun.

c. Conservatoire Botanique de variétés locales
Les objectifs du conservatoire sont de :
- participer à la transmission des savoirs sur les variétés locales
- réintroduire les variétés et les conserver dans leur région d’origine
- permettre une meilleure adaptation des végétaux aux différents types de sols et d’expositions
- constituer des échanges sur les savoir-faire techniques entre les participants
- assurer une meilleure répartition des collections végétales
- réintroduire les variétés d’origine locales dans les réseaux professionnels
- favoriser la production locale, en circuit court, à partir de variétés originaires des sites de production et donc mieux adaptées à leur terroirs
- favoriser l’émergence de producteurs de semences de variétés locales en réseau

2. Des aménagements pour favoriser la biodiversité

Les jardins sont parsemés de différents aménagements favorisant la biodiversité (modèles reproductibles pour les communes, les agriculteurs, les jardiniers amateurs). C’est l’ensemble de ces installations et plantations qui permettent la diversité et l’équilibre dans et autour des cultures : le maintien de la biodiversité comme facteur de production et de protection des cultures.
- Bosquets et haies (brise-vent, vive, champêtre, refuge pour la faune auxiliaire…) : ils sont des éléments structurants indispensables autour des zones cultivées. Leurs rôles à la fois mécanique, hydrique et biologique sont indispensables pour maintenir l’équilibre des écosystèmes.
- Murets en pierres sèches : traditionnellement issus de l’épierrage des champs, ils constituent des refuges pour de nombreux insectes, amphibiens et reptiles.
- Tas de bois : ils servent également d’abris aux mêmes animaux, ainsi qu’aux hérissons et aux insectes saproxylophages…
- Nichoirs et gîtes à oiseaux, à chauve-souris…
- Prairies, friches et jachères fleuries, bandes enherbées et engrais verts : constitués de plantes indigènes
fournissant les ressources alimentaires nécessaires aux insectes auxiliaires et au sol.
- Mare pédagogique : les milieux humides comptent parmi les milieux les plus riches en matière de biodiversité
(insectes, amphibiens, oiseaux et flore).
- Hôtels et gîtes à insectes pour favoriser la nidification et la sédentarisation des insectes pollinisateurs (abeilles sauvages) et des autres auxiliaires (coccinelles, chrysopes, perce-oreilles…).

3. Un pôle d’expérimentation pour les professionnels

a. Biodiversité et agriculture
Plusieurs parcelles de maraîchage et de serres, de céréales et de vergers seront aménagées et entretenues écologiquement. L’idée est de présenter différentes techniques de lutte biologique in situ, comme support pour les
formations auprès des agriculteurs. La vocation de ce lieu est en outre de devenir un centre de ressources sur les insectes auxiliaires et ravageurs et les techniques alternatives de protection des cultures. Grâce à un travail déjà amorcé par ARTHROPOLOGIA depuis de nombreuses années sur la biodiversité et l’agriculture, un espace intérieur sera aménagé en vue de recevoir des formations professionnelles mais également des agriculteurs en visite libre qui souhaitent plus d’informations. Des collections de références sur les insectes auxiliaires et ravageurs, une bibliothèque spécialisée, des ouvrages de détermination et du matériel d’observation (loupes et binoculaires) seront mis à disposition.
Cet espace de formation et d’expérimentation, permettant des visites régulières sur les parcelles et un aller-retour entre la théorie et la pratique, prend alors tout son sens.

b. Histoire des techniques en agriculture
Il est aujourd’hui admis que de nombreuses problématiques environnementales sont conséquentes des perturbations et des pollutions liées, notamment, aux activités agricoles. Pourtant de nombreuses techniques décrites dans le passé (parfois depuis l’antiquité gréco-romaine), pourraient servir utilement les nouveaux enjeux du XXIe siècle, en particulier dans les domaines de la biodiversité, la culture biologique, les techniques d’aménagement, de restauration et de gestion des jardins, l’eau, le recyclage des matières organiques... Partant de ce constat, ARTHROPOLOGIA et le CRBA s’associent pour travailler sur cette thématique. Il ne s’agit pas d’encourager un retour vers le passé, mais bien au contraire de s’inspirer des techniques anciennes pour allier les savoir-faire d’hier aux progrès technologiques d’aujourd’hui, afin de faire des économies de temps, d’énergie, d’argent et d’avoir des pratiques plus respectueuses de notre environnement. Ainsi, l’Ecocentre® proposera un espace d’expérimentation et de démonstration de certaines techniques anciennes, comme support d’animations et de formations professionnelles.

Arthropologia